Le made in France, une opportunité pour les entrepreneurs

made-in-france-taillemag

Le made in France a le vent en poupe. Il apporte des réponses aux consommateurs en quête de produits responsables et représente un véritable atout pour les entrepreneurs, à condition de bien savoir l’utiliser. Les conseils de quatre entrepreneurs adeptes du made in France, recueillis lors du forum Action’elles du 16 novembre 2015.

Le made in France, créateur d’emplois

« Le made in France est un véritable outil pour recréer de l’emploi en préservant les savoir-faire, affirme Fabienne Delahaye, fondatrice du salon Made in France. Loin d’être un effet de mode, le made in France participe à la richesse de notre pays et apporte des réponses concrètes aux problèmes de chômage et de désertification. »
C’est le cas de l’entreprise guyanaise « Sous le fromager », créée par Emmanuelle Daparo. Elle compte aujourd’hui trois salariés et prévoit d’en embaucher sept d’ici deux ans. « Nous exploitons la forêt de manière durable et travaillons des bois précieux en nous appuyant sur les savoir-faire et l’artisanat local, explique l’entrepreneure. Pour être rentable et créer des emplois sur place, nous avons tout de suite visé le secteur du luxe avec des produits haut de gamme. Et contrairement aux idées reçues, nos produits ne sont pas plus chers que ceux des géants du meuble ! »

Des labels qui rassurent les clients

Pour valoriser leur engagement en faveur du made in France, les entrepreneurs peuvent compter sur des labels qui guident les consommateurs. Ainsi, l’entreprise Hamac, qui fabrique des couches lavables, a fait le choix du label « Origine France Garantie » dès 2011. Ce dernier assure que « le lieu où le produit prend ses caractéristiques essentielles est situé en France et 50 % au moins du prix de revient unitaire est acquis en France. » « Nous nous adressons à des consommateurs avertis qui sont agacés par les indications d’origine parfois abusives des marques, explique Clémence Ossent, co-fondatrice de Hamac. Nous sommes audités tous les ans par le Bureau Veritas Certification et une partie de nos produits possèdent le label “Origine France Garantie”. Cela fait partie de la professionnalisation de notre secteur, c’est important pour nous et cela rassure les clients. »

Plus pointu, le label « Fleurs de France » assure aux clients des végétaux produits dans l’Hexagone. Un label mis en avant, dans leurs boutiques, par Philippa Glorian et Delphine Linay, les deux fondatrices de Girls & Roses. « C’est une manière de sensibiliser nos clients à la disponibilité des fleurs en fonction des saisons et de valoriser notre production française, expliquent-elles. Peu de gens réalisent que les roses ne fleurissent pas en février, c’est pourquoi nous proposons à la Saint-Valentin des tulipes rouges au lieu de faire venir des roses du Kenya, par exemple. »

Le made in France, un choix porteur de valeurs éthiques

Fabriquer ses produits en France ? Un choix logique pour Hélène de la Moureyre, fondatrice de Bilum. Cette entreprise transforme des bâches publicitaires, des voiles de bateaux, des gilets de sauvetage ou encore des airbags en sacs et accessoires. « Pour Bilum, le made in France c’est avant tout une question de bon sens, affirme-t-elle. Nous n’allions pas envoyer les matières à transformer à l’autre bout de la planète ! Du coup, nous travaillons main dans la main avec six ateliers installés en Ile-de-France : des entreprises d’insertion sociale, des ESAT (Etablissements et services d’aide par le travail) ainsi que des entreprises adaptées et des ateliers privés. Je connais toutes les personnes qui y travaillent et cette proximité est essentielle pour moi. » Car le made in France est aussi une manière d’entreprendre tout en restant fidèle à ses convictions.

Quelques adresses qui pourraient vous intéresser sur ce sujet :

Voir aussi sur le site Décideurs en région : Made in France et compétitivité : comment viser juste ?

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner