Femme entrepreneure et quinquagénaire – TŸKAZ #1

TYKAZ

Premier volet de notre saga consacrée à Françoise Poulain-Bazin, lauréate 2014 du concours « Je crée, je développe, je pérennise » organisé par Biilink, avec le soutien de la Caisse d’Epargne. A bientôt 50 ans, cette ancienne cadre-dirigeante débute une nouvelle carrière professionnelle. Entreprendre à la cinquantaine, c’est possible !

Après avoir été salariée pendant vingt ans dans des structures internationales leaders sur leur marché, Françoise Poulain-Bazin gravit doucement mais sûrement les paliers de l’entrepreneuriat. « Rien ne sert de courir, explique la chef d’entreprise de 49 ans qui a pris le temps de bien structurer ses idées et les différents points successifs à valider avant de lancer TŸKAZ, première société française de pressing connecté. A vouloir aller trop vite, le risque est de bâcler voire de manquer certaines étapes indispensables à la construction d’un projet solide. C’est sans doute ça le point fort d’entreprendre à 50 ans : on a appris de ses erreurs passées et on est de fait plus réfléchi, moins impulsif qu’autrefois. Aujourd’hui, je fais les choses plus posément. Je prends le temps de la réflexion, de l’échange avec les parties prenantes associées au projet. Et tant pis si cela réclame un peu plus de temps car, au final, c’est de mon avenir professionnel dont il s’agit.»

Entreprendre sur le tard : avantages/inconvénients

La sagesse et l’expérience, deux atouts majeurs lorsque l’on souhaite changer de vie la cinquantaine approchant. Mais ce ne sont pas les seuls, loin de là, confirme Françoise Poulain-Bazin : « L’expérience professionnelle a enrichi mon réseau. Et on connaît tous l’importance du réseau. C’est un avantage indéniable que les jeunes diplômés n’ont pas. » Et l’entrepreneure de compléter : «  Mes enfants sont grands aujourd’hui. Je peux donc consacrer plus de temps à la réalisation de mes projets. Je n’en oublie pas pour autant mon rôle de parent. J’ai d’ailleurs choisi d’associer Alexandre, mon fils aîné de 24 ans, à mon aventure entrepreneuriale. »

Reste néanmoins certains inconvénients. Parmi eux, les préjugés. « Quand j’ai confié à mon entourage que je souhaitais me lancer dans l’entrepreneuriat, les réactions étaient mitigées, poursuit Françoise Poulain-Bazin. J’ai eu droit à quelques commentaires maladroits, notamment sur mon âge. » Une confidence qui est loin d’étonner Claudine Badey-Rodriguez, psychologue clinicienne et auteur de Plus belle ma vie après 50 ans : « Passés 50 ans, les actifs entrent dans la catégorie dite des seniors, un nouveau statut parfois lourd à porter pour des quinquas souvent en pleine force de l’âge, constate-t-elle avant d’étayer : Dans le monde du travail, on entend souvent qu’à 50 ans on est dépassé, moins adaptable, plus lent. Le problème est que ces croyances collectives modèlent nos comportements et que les intéressés finissent eux-mêmes par le penser ou par adopter ce type d’attitude. » Un état d’esprit dont s’est préservée notre entrepreneure, convaincue de la pertinence de son projet et de ses capacités intrinsèques à le mener à terme. « Bien sûr, j’ai traversé des moments de doute, bataillé à plusieus reprises et, parfois, essuyé des échecs. Mais rien de tout cela ne m’a découragée, au contraire. Je me suis relevée, à chaque fois plus forte et plus motivée à aller au bout de mon projet, revendique la chef d’entreprise avant d’ajouter : Pour réussir dans l’entrepreneuriat, il ne faut pas se laisser polluer par les pensées malveillantes et les idées reçues. Ce qui peut sembler être une faiblesse pour certains apparaît comme une force pour d’autres. »

A celles et ceux qui continuent de penser que l’âge est un frein à l’ambition, Françoise Poulain-Bazin de répondre : « Rien n’est impossible pourvu qu’on ait une idée, de la motivation à revendre et beaucoup d’énergie ». Voilà qui est dit !

Pour en savoir plus sur son entreprise, TŸKAZ, rendez-vous sur www.tykaz.fr

Et rendez-vous dans le prochain épisode de notre saga : la transposition d’un concept américain en France.

 

Photo : © J. Chiscano

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner