Un an avec LuckyLoc – Le quotidien

Pour le 10e épisode de la saga, Horizon Entrepreneurs a interrogé Claire Cano et Idris Hassim sur ce qui constitue leur quotidien. Routine, imprévus, organisation, découvrez comment la start-up gère son temps et les enjeux auxquels elle est confrontée au jour le jour.

Equilibrer son quotidien

Au sein d’une petite équipe comme celle de LuckyLoc, la gestion du quotidien est un enjeu majeur pour conserver un équilibre de travail et optimiser les résultats. Pour cela, les deux entrepreneurs veillent à se répartir les tâches. « Idris s’occupe de la partie B to C, du site internet et, de mon côté, je suis en charge de la partie commerciale B to B », explique Claire Cano. Pour ne pas perdre de temps, ils définissent et se répartissent une liste de tâches quotidiennes qu’ils essaient d’honorer. « Chacun a sa To Do list, même les stagiaires », explique Idris. Entre gestion et développement, les deux entrepreneurs tentent de s’y retrouver, tant bien que mal. « Je reconnais que nous faisons beaucoup plus de développement que de gestion, notamment la “gestion financière“, qui est toujours repoussée en fin de mois : il y a un ordre de priorité ! »

La routine ? Non, merci !

« Notre routine, c’est de commencer à 9 h et de finir à 20 h ! A part cela, notre travail n’a absolument rien de routinier ! C’est cela qui est génial dans l’entreprenariat : d’un jour à l’autre tout change ! Par exemple, bien que nous communiquions presque tous les jours sur les réseaux sociaux, nous n’obtenons jamais les mêmes réactions, c’est cette part d’interaction et de nouveauté qui rend notre travail excitant », s’enthousiasme Idris.

Affronter les imprévus

Si le quotidien des deux entrepreneurs est loin d’être routinier, ils essaient néanmoins de réduire le taux d’imprévus. « Au début, il était quasiment de 100 % ! Maintenant, on est plutôt à 30 %, on essaie de mieux s’organiser en utilisant les bons outils comme une application de rappel de tâches sur smartphone », déclare Claire Cano. Une fois ces ajustements réalisés, les deux entrepreneurs peuvent se consacrer au développement de l’entreprise, et au défi principal : satisfaire et multiplier les clients.

Faire la part entre vie professionnelle et vie privée

Etre entrepreneur implique de se donner à corps perdu dans son projet, surtout la première année. « Cela représente beaucoup de travail, mais nous faisons attention à prendre du temps pour décompresser et à ne pas finir trop tard. Toutefois, nous devons souvent sacrifier nos week-ends », concluent les deux entrepreneurs.

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner