Interview : Antonin et Sacha , créateurs de Jimmy Fairly

Equipe de JimmyFairly.com


Rencontre avec Antonin et Sacha les créateurs du site e-commerce Jimmy Fairly , qui commercialise des lunettes via  un concept d’un nouveau genre « Buy one, Give one ». Retour sur l’origine d’un projet novateur et d’une aventure qui commence par une rencontre.

« Internet a révolutionné notre façon d’acheter, pourquoi ne pas révolutionner notre façon de donner », illustre parfaitement le business modèle de Jimmy Fairly. Comment un jour on décide de lancer « la révolution », et pourquoi lancer « la  révolution des lunettes » ?

Nous sommes partis du constat qu’aujourd’hui le marché des lunettes est un marché important gardé par les mêmes acteurs depuis longtemps. On s’est alors dit qu’il y avait quelque chose d’intéressant à faire sur ce marché !

En parallèle nous avions déjà  bien accroché sur le concept américain «  Buy one, Give one » (concept qui consiste à faire un don pour chaque achat réalisé) et quand on sait qu’aujourd’hui un milliard de personne sur Terre n’ont pas accès à la vue, notre concept prenait alors tout son sens. Avec ce projet, nous allions à la fois faire bouger le marché de l’optique et améliorer  le niveau de vie de milliers de personnes  grâce  aux  dons !

Que faisiez-vous avant de créer Jimmy Fairly ?

Antonin : J’étais étudiant en Master de psychologie, cursus que j’ai arrêté en cours d’année pour me consacrer à la création d’une Start-up. En même temps que je cherchais le « concept idéal », je réalisais des missions de Web-Design pour gagner ma vie. Après des heures, des journées de veille à « fouiller » le web, j’ai eu l’idée de créer Jimmy Fairly !

J’ai ensuite rencontré Sacha qui à l’époque était ingénieur chez Orange. Le courant est tout de suite passé, il avait déjà l’envie de se lancer dans une aventure Web. Tous les indices étant au vert, on a alors décidé de créer ensemble Jimmy Fairly.

Quelles ont été les grandes étapes de création du projet Jimmy Fairly ?

La première étape a consisté à évaluer la faisabilité de notre projet. Nous avons passé au peigne fin le marché, ses opportunités et ses menaces. Nous nous sommes ensuite attaqués aux idées, à la fabrication, à l’identification de nos besoins et des fournisseurs (où et comment faire fabriquer nos lunettes). Cette première étape représente environ deux mois de travail intensif !

Il nous restait encore le corps de notre projet : le business plan, que nous avons réalisé lors du Start-Up Week-End organisé à Toulouse. Un week-end oui, mais de cinquante-quatre heures au bout desquelles nous avons pu poser notre business plan sur la table !

Le Start-Up week–end a été un véritable tremplin qui nous a permis à la fois de rentrer dans le monde du Web, de rencontrer les bons interlocuteurs et de nous familiariser avec ses bonnes pratiques ! Et trois semaines après, nous avions trouvé nos investisseurs et concrétisé la levée de fonds !

Un projet qui part sur les chapeaux de roue ! Pour revenir à votre « statut » d’entrepreneur, souvent le soutien de l’entourage dans l’aventure entrepreneuriale est valorisé, voire considéré comme essentiel durant le développement du projet. Avez-vous le même ressenti ?

Antonin : Oui ! Le soutien de l’entourage est très important. Car quand la période de doute s’installe, avec toutes les questions qui vont avec – le projet va t’il plaire ? Aurais-je suffisamment d’argent pour le financer ? (consultez notre vidéo sur les aides et subventions des entreprises) Est-ce une bonne idée ? Le soutien moral et financier est essentiel. Rajoutez à ça le manque de culture de l’initiative qui règne en France, je vous assure que si vous n’avez pas votre entourage pour vous rassurer et vous encourager, il faut vraiment être bien accroché !

Avec le concept « Buy one, Give one », vous êtes une entreprise généreuse et engagée, qui fait des  profits pour se développer mais aussi en faire profiter les personnes dans le besoin. Un bel engagement, surtout dans la situation économique actuelle. Pour vous, entrepreneur rime forcement avec donateur ? Pensez-vous que le futur des entreprises réside dans l’engagement ?

 Aujourd’hui les consommateurs recherchent et achètent un produit qui leur ressemble, reflétant leurs valeurs. En achetant un produit, ils recherchent à appartenir à un univers, une communauté. L’ère de la société de consommation où l’on achetait des produits de manière indécente est révolu ! On consomme utile, de manière responsable, on a envie de faire un geste, de contribuer à une amélioration en achetant. Et Jimmy Fairly ainsi que la communauté que nous sommes en train de développer autour du site et ses valeurs, sont des moyens de répondre à ces besoins et à cette volonté !

Et si c’était à refaire que changeriez-vous ?

La  première chose que l’on a appris dans l’univers du Web c’est de faire attention aux prestataires que l’on choisit. Il est donc nécessaire de prendre le temps de choisir les meilleurs ! Pour la partie e-commerce, nous opterions, dés le début, pour l’externalisation de la logistique qui, aujourd’hui, est entièrement gérée en interne !

S’il y a une chose que nous ne changerions pas c’est notre vision sociale du business ! C’est une conviction. Même si notre business s’y prêtait moins qu’aujourd’hui, nous trouverions une solution pour allouer une partie de notre chiffre d’affaires à une cause qui nous tient à cœur. A l’image de MailChimp (une solution américaine de gestion de newsletter)  aujourd’hui. Pour nous il est hyper important d’influencer positivement !

Aimeriez-vous que votre concept donne l’exemple ?

Nous aimerions surtout que le concept «Buy one, Give one » se développe et se démocratise en France.

Antonin : Nous avons tous un exemple. Pour moi, celui qui a tout compris c’est Tony Hsieh, le fondateur de Zappos (site e-commerce de chaussure et de vêtements) Il y a une phrase de lui que je retiens : « On peut dire tout ce que l’on veut à une personne, elle finira toujours par l’oublier mais par contre elle n’oubliera jamais le sentiment qu’on lui a laissé ! ».

Pour finir auriez-vous un conseil à donner aux futurs entrepreneurs ?

Choisissez un secteur porteur pour faciliter la création et alléchant pour lever des fonds. Fonds qu’il faut lever dès que possible pour assurer un avenir à la boite !

Ne vous posez pas trop de questions ! C’est un de nos travers en France, les personnes se posent beaucoup trop de questions qui cachent souvent la peur de faire des erreurs, mais il faut foncer ! De façon intelligente évidement. Car les choses changent et les marchés ne vous attendent pas.

Le mot de la fin : « N’essayez pas d’être bon partout ! Mais entourez-vous des experts dans le domaine ! »

Vos réactions

Réagir

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner