Chambres consulaires : la mixité, gage de performance


A la question, fondamentale en 2016, « Qu’apporterait une meilleure représentativité des femmes chefs d’entreprise au sein des CCI* ? », Geneviève Roy, vice-présidente de la CCI Paris/Ile-de-France, en charge de la direction des affaires sociales, répond avec conviction. Pour cette dernière, la présence des femmes chefs d’entreprise au sein des instances dirigeantes des CCI s’intègre, déjà, dans une logique évidente : la société doit être représentée au plus près de ce qu’elle est en vérité, c’est-à-dire composée de femmes autant que d’hommes. Mais ce sont également les qualités des femmes qui sont ici défendues : leur pragmatisme, leur perméabilité aux luttes de pouvoir… Dans cette vidéo, Geneviève Roy (elle-même chef d’entreprise et hôtelière) rappelle aux femmes chefs d’entreprise qu’elles ne peuvent plus douter de leur légitimité et de leurs compétences pour postuler au sein des instances dirigeantes des CCI.

Rendez-vous est donné aux femmes chefs d’entreprise pour qu’elles viennent défendre leur vision de la société de demain : osez !

* Publiée le 5 août au Journal officiel, la loi de 2014 pour l’égalité entre les hommes et les femmes exige aujourd’hui des chambres consulaires et instances représentatives de l’Etat qu’elles mettent tout en œuvre pour atteindre un objectif de mixité et d’égalité. Les CCI entendent prendre cette problématique à bras-le-corps et susciter des vocations chez les femmes chefs d’entreprise en prévision des élections de leurs instances dirigeantes fin 2016.

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner