L’apprentissage, un levier pour la filière coiffure – Vendredi du banquier #53

Président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC), Bernard Stalter explique en quoi l’avenir de la filière coiffure passe par le développement de l’apprentissage. Dans bien des cas, celui-ci mène tout naturellement à l’entreprenariat. Une trajectoire cruciale pour ce secteur d’activité confronté à une importante problématique de transmission du fait des nombreux départs en retraite des « baby boomers » : 5 000 départs attendus sur les cinq ans à venir. Avec l’ambition de dynamiser la filière, l’UNEC accorde une priorité à la formation afin de préparer les coiffeurs à l’évolution des attentes (accueil, conseils beauté…). Représentant le deuxième secteur de l’artisanat avec 83 000 entreprises, l’UNEC a signé avec la Caisse d’Epargne un partenariat à travers lequel la banque apporte son soutien aux professionnels du secteur en matière de financement, en particulier pour favoriser la reprise d’entreprise.

 

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner