Entreprendre au féminin, le financement facteur-clé de la réussite

SALON MICRO-0003-taillemag

Les femmes sont aussi nombreuses que les hommes à vouloir créer leur entreprise, mais elles ne représentent qu’un tiers des créateurs. Pour atteindre la parité dans ce domaine, il existe des dispositifs spécifiques, notamment en termes de financement. A l’occasion de la Journée nationale des femmes entrepreneures qui s’est déroulée au Salon SME (Salon des micro-entreprises) le 7 octobre dernier, zoom sur ces outils utiles aux créatrices.

– Mobiliser le FGIF

Le Fonds de garantie à l’initiative des femmes (FGIF) facilite l’accès au crédit bancaire pour les entrepreneures. Seul dispositif destiné uniquement aux femmes, il garantit des prêts pour toutes celles qui veulent créer, développer ou reprendre une entreprise et ce, quel que soit le secteur d’activité ou le statut. Cette garantie couvre jusqu’à 70 % du montant du prêt bancaire dans la limite de 45 000 euros et sans aucune caution personnelle. Autre avantage du FGIF : il est géré par France Active et permet donc de bénéficier du soutien de l’un des principaux réseaux d’accompagnement.

– Evaluer ses besoins de financement

Les entrepreneures ont tendance à avoir une peur du risque plus importante que les hommes et à voir moins grand. Par conséquent, elles sous-estiment souvent le financement de leur entreprise. « D’après notre baromètre des femmes entrepreneures, le montant moyen des investissements des créatrices est de 48 500 euros contre 51 200 euros pour les créateurs, explique Cédric Turini, responsable RSE à la Fédération nationale des Caisses d’Epargne. Or il est capital pour la réussite du projet d’investir suffisamment à la création. » Sans compter que c’est dans cette période que les créatrices d’entreprise (et créateurs !) ont accès au plus grand nombre d’aides.

– Faire jouer l’effet levier

Destiné aux demandeurs d’emploi, le prêt à taux zéro Nacre peut atteindre 8 000 euros en complément d’un prêt bancaire. Il s’inscrit dans un parcours d’accompagnement par des professionnels de la création d’entreprise. Le prêt d’honneur est, lui aussi, un prêt à taux zéro sans caution personnelle. Il est distribué par deux réseaux d’accompagnement – France Active et Initiative France – et peut aller jusqu’à 50 000 euros (90 000 euros pour les projets innovants). Ces deux prêts sont considérés comme des fonds propres de la créatrice (et témoignent de l’accompagnement qu’elle reçoit par un réseau). C’est ce qu’on appelle l’effet levier : les banques accorderont un apport en fonds propres plus élevé.

« Mon apport personnel n’était pas élevé, explique Cécile Dreveau, fondatrice d’une boutique de prêt-à-porter junior à Noyon. J’ai donc sollicité un prêt d’honneur de 8 000 euros et un prêt Nacre de 3 000 euros. Cela m’a permis d’obtenir un prêt bancaire d’un montant de 38 500 euros. »

– Se faire accompagner

Les réseaux d’accompagnement ne facilitent pas seulement l’accès à des dispositifs comme le FGIF, les prêts d’honneur et les prêts Nacre. Avant même la recherche de financements, ils aident à construire son projet de création d’entreprise. Résultat : les entreprises accompagnées sont plus pérennes que les autres. « L’important est d’entrer dans un parcours d’accompagnement, assure Jean-Dominique Bernardini, responsable du marché TPE et des relations bancaires chez France Active. Ensuite vous serez orienté en fonction de votre projet auprès des différents réseaux ou organismes selon votre besoin. »

– Autres sources de financement

Si vous ne remplissez pas les conditions nécessaires pour obtenir un crédit classique, vous pouvez faire appel au microcrédit professionnel pour financer votre fonds de roulement, une partie du stock ou encore un véhicule professionnel. Dans le cadre de Parcours Confiance, la Caisse d’Epargne prête aux porteurs de projet entre 1 000 et 25 000 euros, un emprunt qui s’accompagne du soutien d’un réseau spécialisé en création d’entreprise.

 

Certains concours de création d’entreprise offrent des coups de pouce aux lauréats. Ce sont aussi de très bonnes occasions de vous faire connaître et d’élargir votre réseau. Retrouvez la liste des concours destinés aux entrepreneures sur le site Elles entreprennent.

 

Les réseaux destinés aux femmes

Les Pionnières : réseau d’incubateurs et de pépinières dédié aux créatrices d’entreprises innovantes à potentiel d’emplois. Propose un accompagnement sur mesure, individuel et collectif prenant en compte les aspects techniques et humains de la création d’entreprise.

Action’elles : réseau amical et professionnel de femmes créatrices pour des partages d’expériences, la mise en commun de moyens et la collaboration avec des partenaires.

Femmes business angels : met en relation des porteurs de projets de création d’entreprises à haut potentiel avec des femmes investisseurs expérimentées.

Force Femmes : accompagne les femmes de plus de 45 ans au chômage dans leurs démarches entrepreneuriales, grâce à des entretiens individuels, des ateliers, des groupes de coaching et des conseils personnalisés.

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner