LuckyLoc, deux ans après… Le bilan

bilan-2013-luckyloc

Pendant plus d’un an, nous vous avons fait partager l’aventure entrepreneuriale de LuckyLoc : de la définition du concept à la recherche de financements en passant par la prospection ou encore le recrutement. Deux ans après sa création, la start-up a pris son envol. Preuve du succès, le lancement d’une nouvelle offre destinée aux professionnels. L’occasion de faire le point avec les fondateurs du site Internet, Idris Hassim et Claire Cano.

L’année 2014 a été fructueuse…

« En effet, nos résultats sont très satisfaisants. Nous commençons 2015 avec un réseau développé de 200 loueurs et un taux de progression conforme à nos attentes. Pour répondre au développement de LuckyLoc, nous avons même dû recruter des collaborateurs, gonflant ainsi nos effectifs de cinq personnes supplémentaires ! Ces changements nous ont permis de nous concentrer davantage sur nos tâches de dirigeants, les relations avec les clients, le développement commercial et de déléguer l’opérationnel. Mais pas seulement… Grâce à nos bons résultats, nous avons pu nous concentrer sur le développement d’un deuxième projet : Expedicar.com. Le lancement de cette nouvelle offre destinée aux professionnels nous permet d’élargir notre cible et de gagner des parts de marché. Dans l’avenir, nous souhaitons nous développer à l’étranger, mais nous devons d’abord renforcer notre position en France.

Que retenez-vous de votre parcours d’entrepreneurs ?

En tout premier lieu, nous avons constaté l’importance d’être bien accompagné. Depuis le début, nous avons installé nos locaux au sein de Paris Pionnières profitant du même coup de leurs conseils et de leur expertise. Aujourd’hui encore, ce réseau continue de suivre avec intérêt nos différents projets en cours ; nous associons d’ailleurs systématiquement notre mentor à nos comités stratégiques. Autre point important que nous retiendrons de cette aventure : ne jamais baisser les bras. En effet, si nous nous versons un salaire aujourd’hui, ça n’a pas toujours été le cas. Il a fallu souvent puiser dans nos économies pour continuer à faire vivre le projet avant qu’il ne devienne lucratif. Enfin, dernier point à souligner : l’adaptabilité pour faire face aux mauvaises mais aussi aux bonnes situations. Aujourd’hui, avec une équipe élargie, nous avons dû apprendre à manager, ce qui n’est pas une mince affaire ! Pour garder l’esprit start-up, on a réfléchi et testé de nouvelles manières de collaborer tous ensemble. On a notamment instauré nos moments « Lucky Pizz » : on achète des pizzas pour tout le monde et chacun vient avec une idée.

Quel bilan tirez-vous de votre expérience ?

Forcément très positif ! Nous sommes dans un domaine qui évolue rapidement et pour perdurer, il faut faire preuve de persévérance. Mais nous sommes heureux que tous nos efforts aient porté leurs fruits, et fiers de dire aujourd’hui que nous sommes nos propres patrons. Bien que beaucoup de choses restent encore à bâtir, et malgré les quelques obstacles qu’il nous a fallu surmonter, une chose est sûre, si c’était à refaire, nous n’hésiterions pas une seconde ! »

 

Crédit photo : J. Chiscano

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner