Les Ravioles d’Edith : recettes d’une entrepreneure qui a su rebondir

Les-ravioles-Edith

Nous suivons Edith Bougenault, entrepreneure passionnée, depuis le début de son aventure en 2011. Après une première vie sous le nom de Comin’ Garden, son restaurant a fait peau neuve cette année. Nouveau look, nouveau nom et, surtout, une évolution de son concept autour des ravioles Label Rouge. Retour sur une année riche en événements.

Pourquoi tous ces changements après seulement deux ans d’activité ?

J’ai voulu recentrer mon offre sur les ravioles car ce sont les produits que nous vendions le mieux. De plus, les gens avaient du mal à retenir le nom du restaurant, ce qui pose problème pour se donner rendez-vous par exemple. Sans compter que la façade de Comin’ Garden n’était pas forcément très visible dans cette rue où les établissements sont nombreux.

Comin’ Garden est donc devenu « Les ravioles d’Edith ». J’ai réaménagé l’extérieur et mis en avant mon fournisseur de ravioles Label Rouge, les Ravioles du Dauphiné Saint-Jean. Grâce à ce partenariat, j’ai pu négocier les prix des ravioles, ce qui est essentiel puisque nous en servons 120 kilos par semaine à nos clients !

Ces changements ont très bien fonctionné. Le chiffre d’affaires du restaurant a augmenté de 15 % cette année, le ticket moyen est en hausse de 1,50 € (soit 12,50 € par repas) et les clients retiennent beaucoup mieux le nom du restaurant !

Comment avez-vous financé tous ces aménagements ?

Cela n’a pas été facile car j’ai été obligée de piocher plus de 20 000 € dans ma trésorerie. J’ai dû acheter une nouvelle machine à ravioles, faire des travaux de climatisation, sans compter le budget communication (flyers, publicités, jeux-concours…). Il a fallu faire attention et se serrer la ceinture. Cependant, mon fournisseur de ravioles a pris en charge certains frais de réaménagement, notamment la signalétique qui présente ses produits. Toutes ces dépenses étaient réellement incontournables. A mon arrivée dans le quartier, nous étions seulement quatre restaurants. Aujourd’hui, il y en a 25 et la concurrence est féroce. On arrive à tirer notre épingle du jeu mais il ne faut pas se laisser aller !

Quels sont vos projets pour 2015 ?

J’envisage d’ouvrir un second restaurant, selon le même concept, mais avec un service midi et soir. Pour le moment je suis à la recherche de l’emplacement idéal. J’aimerais également embaucher une troisième personne mais, pour le moment, c’est impossible car les charges représentent un coût trop important. En 2015, je devrais aussi réussir à me dégager un salaire, ce sera la première fois depuis trois ans.

 

Les conseils d’Edith Bougenault pour entreprendre dans la restauration :

– Se lancer avec un associé. Cela permet d’avancer plus vite et de prendre du recul sur son travail.
– Bien étudier son emplacement avec par exemple l’outil d’aide au diagnostic d’implantation locale proposé par l’INSEE.
– Proposer une offre différenciante.
Se former, aussi bien sur le cœur de métier que sur les aspects financiers de l’entreprise.

 

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner