Femmes entrepreneures : les clés de la réussite !

« Femmes entrepreneures, on a besoin de vous ! » Tel est l’appel lancé par la ministre Najat Vallaud-Belkacem lors de la conférence « Femmes et entrepreneurs : les clés de la réussite ! » au Salon des entrepreneurs 2014.

En effet, les femmes sont encore trop peu nombreuses à entreprendre. Pourtant, réseaux et outils se développent pour les encourager dans leurs projets. Réseaux d’accompagnement, entrepreneures, banquiers se sont réunis pour examiner les clés de la création d’entreprise au féminin. Horizon Entrepreneurs a suivi cette conférence pour vous.


© Jean Chiscano 

Combattre les idées reçues et oser !

Avec seulement 30 % de créatrices en France, l’entrepreneuriat se veut majoritairement masculin. Viviane de Beaufort, fondatrice du programme Women Essec, souligne qu’il y a en effet un déficit de développement des entreprises créées par des femmes. Cette disparité provient d’un manque de confiance et d’un certain nombre d’idées reçues ancrées dans les mœurs. L’auto-censure est le premier frein à la création. Eva Escandon, présidente de Femmes Chefs d’Entreprise, a repris l’entreprise familiale et témoigne de son expérience atypique : « J’ai repris une entreprise dans un monde très masculin, la métallurgie ! J’y ai appris la richesse de la différence. »

Autre idée reçue : un financement difficile à obtenir. Cédric Mignon, directeur du développement des Caisses d’Epargne présente son Baromètre des femmes entrepreneures dont il ressort que 28 % des femmes perçoivent une plus grande difficulté que les hommes à accéder au crédit. « C’est une erreur de jugement à combattre : leurs dossiers sont à l’inverse souvent plus mûrs, plus sérieux », déclare-t-il.

Accepter de se faire aider

Audace, pugnacité et accompagnement sont les maîtres mots de la création d’entreprise. L’objectif est de tenir dans la durée. Pour cela, il faut accepter de se faire aider, et parfois déléguer. «C’est une erreur de vouloir tout faire soi-même. On s’use beaucoup plus vite, ce n’est pas productif », témoigne Sandrine Le Grand, fondatrice de Kalidea.

Profiter des réseaux d’accompagnement et des business angels

De nombreux dispositifs existent pour soutenir les femmes entrepreneures : ainsi, les réseaux d’accompagnement leur permettent d’avoir toutes les cartes en main pour se lancer. « Nous finançons des réseaux d’accompagnement féminins (Force Femmes, Fédération pionnières et Action’Elles), explique Marylène Viala-Claude, responsable du pôle innovation sociale et programmes territoriaux à la Caisse des dépôts. Ces réseaux soutiennent les femmes créatrices (formations, échanges…). La Caisse des dépôts intervient aussi à travers des outils pour les femmes : le FGIF (Fonds de garantie à l’initiative des femmes, distribué notamment par Initiative France et France Active), les prêts d’honneur à taux zéro et sans garantie (via l’Adie, Initiative France, Réseau Entreprendre… ) et le prêt Nacre. Tous ces outils, pouvant constituer les fonds propres de l’entrepreneure, opèrent un véritable effet de levier sur les prêts bancaires. »

Les créatrices d’entreprise peuvent aussi accéder à d’autres filières de financement. Encore trop peu exploités par les femmes, les business angels offrent pourtant des solutions de financement assorties de conseils. « Alors que nous finançons des projets aussi bien portés par des femmes que par des hommes, nous ne voyons pas assez de femmes. Il faut qu’elles viennent nous voir ! Pour nous convaincre, il faut nous présenter un projet avec du potentiel et innovant, avec un besoin d’environ 100 000 euros, » explique Agnès Fourcade, présidente de Femmes Business Angels. Sandra Le Grand témoigne : « J’ai créé Canal CE (devenu Kalidea) en 2000. Aujourd’hui, nous réalisons 70 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec 200 salariés. Tout s’est fait par des opportunités, et parce qu’on a osé ouvrir notre capital. Cela a accéléré notre croissance. »

Dans cet objectif de favoriser l’accès à l’entrepreneuriat pour les femmes, la ministre Najat Vallaud-Belkacem conclut cette conférence en annonçant la signature d’une convention avec la Caisse d’Epargne et d’une charte de 7 engagements avec 14 réseaux d’accompagnement. La révolution entrepreneuriale est en marche !

Voir également l’interview de Viviane de Beaufort : « Les femmes entrepreneures doivent être plus ambitieuses »

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner