De l’usine à la création d’entreprise : une reconversion réussie

Lauréate du prix de l’entrepreneuriat des femmes en Limousin pour la catégorie Entreprendre dans nos quartiers, Agnès Vauzelle témoigne de son parcours plus qu’atypique, de l’usine à la chocolaterie. Pour Horizon Entrepreneurs, elle revient sur les détails de sa reconversion.

Après avoir travaillé une partie de sa vie à la fabrication de joints de voitures, Agnès Vauzelle a dû, suite à un problème de santé, songer à une reconversion. A 44 ans, le défi était de taille, mais c’est avec force et sourire qu’Agnès l’a relevé. Au fil de ses recherches d’emploi, l’opportunité de créer sa propre boutique pour y vendre les produits du maître-chocolatier Laurent Diot s’est présentée, suscitant immédiatement sa curiosité.

Accompagnement, financements et garantie, clé de voûte du projet d’entreprise

A la recherche d’une solution de financement, Agnès Vauzelle s’est tournée vers plusieurs établissements bancaires. C’est finalement la Caisse d’Epargne, sa banque d’origine, qui lui a fait confiance et lui a proposé un microcrédit professionnel pour se lancer dans cette aventure. « Avec un crédit de 25 000 euros sur cinq ans et des taux proposés peu élevés, cela m’a semblé idéal », s’exclame l’entrepreneure. Par ailleurs, Agnès a bénéficié d’un suivi de qualité grâce au réseau Limousin Actif, association du réseau France Active qui intervient auprès d’entrepreneurs en situation de fragilité. Elle a ainsi pu bénéficier de prêts garantis par le FGIF (Fonds de garantie à l’initiative des femmes) : « Ils se sont occupés de tout et m’ont conseillé de demander un prêt Nacre », ajoute-t-elle. En tant que demandeur d’emploi, Agnès a obtenu l’Accre pour être exonérée de ses charges sociales pendant un an. « Grâce à cet accompagnement, j’ai pu financer le loyer de mon local, et les installations nécessaires pour exposer et conserver les chocolats », explique Agnès.

En septembre dernier, Limousin Actif lui a offert de se présenter au prix de l’entrepreneuriat des femmes en Limousin, organisé en partenariat avec la Caisse d’Epargne d’Auvergne et du Limousin. Ravie de pouvoir participer à cette initiative, Agnès a prouvé sa motivation et a convaincu les jurys de la viabilité de son projet. Sa ténacité a été récompensée, face à 64 candidates concurrentes, d’un chèque mérité de 2 000 euros. « Je suis vraiment très contente et très reconnaissante de la confiance qui m’a été accordée. C’est grâce à tous ceux qui m’ont soutenue que j’ai pu réussir ma reconversion », conclut-elle.

Pour en savoir plus :

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner