Entreprendre en duo – Un an avec LuckyLoc

Pour ce troisième volet de la saga entrepreneuriale LuckyLoc, Horizon Entrepreneurs s’intéresse aux relations de travail entre Claire Cano et Idris Hassim. Comment les deux associés se répartissent-ils le travail au quotidien ? Comment gèrent-ils les aléas liés à leur activité ? Ou encore, quels sont les avantages et les inconvénients d’entreprendre en étant associés ? Tour à tour, ils nous dévoilent leurs secrets pour mener à bien leur collaboration et nous délivrent leurs conseils pour réussir à deux.

Quels sont vos secrets de réussite à deux ?

Idris : Notre relation de travail est basée sur la confiance. C’est fondamental, sans confiance cette collaboration serait impossible. Cette honnêteté professionnelle nous permet de travailler en toute sérénité. Même si chacun sait ce qu’il a à faire, il est très agréable de savoir que nous pouvons compter l’un sur l’autre. Si je ne peux pas, pour une raison ou une autre, m’occuper d’une tâche en particulier, je la confie les yeux fermés à Claire car je sais que le travail sera fait et bien fait. Et vice versa.
Autre élément fondamental : savoir communiquer en toutes circonstances. Entre associés, il est crucial en effet de se dire les choses avec franchise. Cela permet de dédramatiser les tensions, qui peuvent vite prendre de l’ampleur en cas de non-dits.

La complémentarité des caractères est-elle un autre facteur de succès de l’entrepreneuriat en duo ?

Claire : Dans notre cas, cela nous a aidés à trouver notre équilibre professionnel. Alors qu’Idris est assez calme, j’ai pour ma part un naturel plus anxieux. Je suis davantage stressée et bavarde, quand lui est plus posé et timide. Bref, nos deux profils s’additionnent plutôt bien ! L’inverse aurait été, je pense, beaucoup plus compliqué à gérer.

Comment organisez-vous le travail au quotidien ?

Idris : Nous nous répartissons les tâches au fil de l’eau. Au début, nous avons essayé de fragmenter : un s’occupait du site internet, l’autre des loueurs. Mais très vite, nous nous sommes rendu compte que ce n’était pas la façon la plus optimale de procéder car, s’agissant d’une jeune entreprise, la masse de travail est considérable pour asseoir et pérenniser notre activité. Pour ce qui est de la prospection par exemple, on sait aujourd’hui avec le recul que de rencontrer les loueurs à deux nous donne plus de crédit et appuie notre argumentaire commercial.

En toute transparence, quels sont les avantages et les inconvénients d’entreprendre à deux ?

Claire : Les avantages sont nombreux : plus de force mentale que lorsque l’on est seul face aux difficultés et plus de recul aussi sur ce que l’on fait et décide. Réfléchir à deux est un excellent moyen de confronter les points de vue et d’éviter in fine de commettre trop d’erreurs. Ce dernier avantage est peut-être aussi l’inconvénient principal : la divergence d’opinion fait avancer certes, mais à condition de savoir la surpasser. Pour l’anecdote, nous aimons tous les deux répondre aux appels téléphoniques de nos clients alors, lorsque la sonnerie retentit, c’est parfois la bagarre ! Est-ce un inconvénient ? Je ne crois pas. Une surdose de motivation ? Sans aucun doute !

Fort de votre expérience, quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs qui, comme vous, souhaiteraient entreprendre à deux ?

Idris : Il n’y a jamais de recette idéale mais je pense qu’il est préférable de ne pas s’associer avec quelqu’un de trop proche (famille ou ami de longue date) avec qui les désaccords peuvent avoir beaucoup d’impact, les sentiments entrant en ligne de compte. Je pense par ailleurs qu’il ne faut pas avoir ni d’ego surdimensionné ni de caractères trop antagonistes qui pourraient rendre difficiles le quotidien et la prise de décision. C’est essentiel en effet de se rejoindre sur des points clés. A titre d’exemple, lorsque nous avons eu à recruter un stagiaire, nous partagions les mêmes critères de sélection et avions exactement la même opinion sur tous les candidats. C’est beaucoup plus facile ainsi.

Et si c’était à refaire ?

Claire et Idris : Où devons-nous signer ?!

 

Pour en savoir plus

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner