Rencontre avec Guilhem Bertholet, « serial entrepreneur »

Guilhem Bertholet est ce qu’on pourrait appeler un entrepreneur chevronné : au cours des années, il multiplie les créations d’entreprises, devient responsable de l’incubateur de startups de services d’HEC. Et ce, toujours avec la même passion ! Il en fait d’ailleurs profiter chacun sur son blog Guilhem startups.
Pour Horizon Entrepreneurs, il revient sur son parcours, discute des points forts de l’entreprenariat. Une mine de bons conseils !

Guilhem Bertholet, comment est venue l’envie d’entreprendre ?

Tout naturellement en fait, alors que j’étais étudiant à l’école de commerce de l’EM Lyon. J’ai fondé Methodia, un organisme de cours particulier à domicile. Après la deuxième levée de fonds, j’ai revendu mes parts pour fonder une entreprise de communication, que j’ai ensuite également quittée pour devenir salarié.

Pourquoi rejoindre le salariat après deux créations d’entreprise ? C’est à l’inverse des parcours habituels…

Deux choses : je suis très bon en création, mais, par la suite, j’ai des difficultés dans la structuration de mon entreprise. La pression est forte également quand on est chef d’entreprise. Enfin, j’avais envie de voir comment cela se passe dans de très grosses boîtes, voilà pourquoi j’ai intégré Microsoft.

Qu’est-ce que cette expérience chez Microsoft vous a apporté par rapport à votre passé d’entrepreneur ?

Déjà, être salarié, c’est un grand confort en termes de condition de travail : l’informatique fonctionne, le bureau est propre, on a des cartes de visite. C’est plus reposant. On travaille avec des équipes établies, les produits existent déjà, on peut donc clairement axer sur le marketing, etc. Quand on est entrepreneur, il faut déjà se questionner sur : où va-t-on travailler ? Avec quels outils ? Il faut tout faire soi-même : appeler votre fournisseur d’accès quand la connexion est défaillante, aller sous la table rebrancher les fils… Bref se débrouiller à tous les niveaux !

Vous avez repris le chemin de l’entrepreneuriat néanmoins…

Oui, clairement, je m’y plais mieux. Mais, quand j’ai fondé WeLoveSaaS (magazine sur les logiciels web pour les entreprises) par exemple, je me suis associé. C’est également le cas avec ma nouvelle création, fondée au printemps 2013, Invox.fr, une agence de content marketing. Je connais mes points faibles : je n’aime pas la routine, je suis peu rigoureux, le suivi commercial n’est pas mon truc. Mais mon associé compense mes manques.

Après 12 ans d’expérience dans l’entrepreneuriat, quel bilan tirez-vous ?

Je suis mûr pour mon projet actuel Invox.fr, ! Beaucoup de choses n’ont pas marché, mais, maintenant, j’analyse les problématiques avec plus de recul et je prends des décisions plus rapidement. Je comprends ce qui est essentiel pour mon entreprise. Avec Invox.fr par exemple, nous envisageons d’abord de bien comprendre comment fonctionne le marché du content marketing. Nous resterons en mode petite agence, avec 6 à 10 personnes au total, etc. Et je sais aussi que, pour développer une entreprise, peu d’argent est nécessaire.

Un conseil aux entrepreneurs débutants ?

Oui. Il ne faut pas avoir peur des premières fois ! Une entreprise se construit sur la durée. Si on veut « se bouger », on peut à peu près tout faire, même sans grande expérience. On apprend « en faisant » et avec les feedbacks. L’important c’est de se lancer, même à toute petite échelle.

À lire également sur Horizon Entrepreneurs : L’embauche d’un salarié selon Guilhem Bertholet

________

Rendez-vous sur son blog : Guilhem startups

Entreprises fondées par Guilhem et participation à des projets : Methodia, BD&Comm (qui s’appelle aujourd’hui SyDo), l’Association des Jeunes Entrepreneurs Lyonnais, « Lucy & Valentin… créent leur entreprise ! » (BD), ApéroEntrepreneurs, WeLoveSaaS, Invox.frPour en savoir plus

Crédit photo : François Tancré
Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner