Atelier de famille : créativité et originalité accessibles en ligne

Société de e-commerce créée en octobre 2006, Atelier de famille, c’est l’histoire d’un couple – Karen et David – qui concrétise leur projet professionnel : entreprendre en duo sur la toile ! Interview croisée.

 

Comment est née l’envie d’entreprendre ?

David : L’idée s’est imposée à nous lors de vacances en famille au bord de mer. Là, sur la plage, un homme personnalisait des coquillages en nacre à l’aide d’un appareil à graver. Cette forme d’artisanat toute simple a rencontré un vif succès auprès des badauds et nous a inspirée les grandes lignes de notre projet.

Karen : Convaincue d’avoir trouver le bon concept, je pose un congé sabbatique d’un an dès mon retour de vacances. Je commence à dessiner quelques modèles de bijoux, puis toute une collection que j’expose au cours d’un salon créatif de décoration. L’accueil du public dépasse nos espérances et nous conforte dans nos ambitions : il y a une place à prendre sur ce marché, lançons-nous !

Pouvez-vous détailler votre concept ?

Karen : Nous proposons un large choix de bijoux à graver. Cela va du collier, au bracelet en passant par le bouton de manchette ou encore le porte-clés. La valeur ajoutée de nos créations ? La personnalisation à l’extrême : bijoux gravés, argent, personnalisés, bracelets charmés, bijoux fantaisies ou encore breloques… Sans oublier le choix entre les différentes pièces détachées : fermoirs, cordons, bracelets invisibles… Bref, chacun peut composer le bijou adapté à ses envies pour une création sur mesure.

Pourquoi une activité de e-commerce versus une activité commerçante classique ?

David : En 2005, Internet était LE nouveau média excellence : simple, rapide et sécurisé. Par ailleurs, créer un site web est moins onéreux que d’ouvrir un point de vente physique. Fort de mes compétences dans les nouvelles technologiques, j’ai démarré la construction de notre portail, une version très basique au départ que nous avons depuis fait évoluer au fur et à mesure des années et des créations de Karen.

Quelles ont été les problématiques majeures auxquelles il vous a fallu faire face ?

David : Nous avons eu la chance de pouvoir financer notre projet uniquement grâce à l’apport de capitaux propres. Mais pour autant, cela n’a pas été tout rose : pour permettre à notre entreprise de se développer, chaque profit a été réinjecté dans la société. Ainsi Karen n’a pu se verser un salaire qu’à partir de la 3e année d’activité. Conscient de cette problématique financière, j’ai conservé mon emploi jusqu’en 2010 pour assurer les dépenses du foyer, avant de devenir officiellement associé de l’entreprise familiale.
Karen : Autres problématiques majeures : recruter et fidéliser. Pour perdurer, il est indispensable d’être visible et de communiquer ses messages. Outre une présence accrue sur les réseaux sociaux – à titre informatif, nous comptons 12 000 amis sur Facebook –, nous utilisons les méthodes classiques de prospection et de fidélisation sur le web à savoir : newsletters clientèles, publicités Google, cartes de fidélité, sans oublier le parrainage, un outil de recrutement très efficace sur Internet.

7 ans après son lancement, comment se porte l’entreprise familiale ?

David : Nous sommes fiers de dire qu’Atelier de famille est leader sur le marché du bijou gravé à l’heure actuelle. La raison de ce succès ? Un concept original proposé au bon moment. C’est toute la clé du marketing web ! Malgré cette situation confortable, nous ne lâchons rien, car la concurrence guette : ce petit marché de niche des bijoux gravés dénombre aujourd’hui une centaine de concurrents.
Karen : Pour rester dans la course, il faut savoir se renouveler. C’est pourquoi, nous proposons une nouvelle collection de bijoux chaque année. A ce jour, nous comptons près de 1 000 références originales, toutes brevetées. Par ailleurs, pour étendre notre activité, je travaille à la création de nouveaux produits : broderies, maroquinerie, linge de maison, éléments de décoration intérieure. Et bien sûr, là encore, tout est personnalisable !

En conclusion…

Karen et David : Exercer une activité lucrative avec passion, ce n’est pas donné à tout le monde. Alors pourvu que ça dure !

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner