Coopérative optique : la solidarité est une force !

En septembre 2010, la coopérative Atol a créé Archipel, une structure financière à capitaux entièrement coopératifs visant à faciliter l’installation de jeunes opticiens sous l’enseigne. L’un des tout premiers points de vente issu de ce réseau a ouvert ses portes en mai 2011 dans le centre commercial Auchan Dieppe sur la côte normande. Rencontre avec son heureux propriétaire, Alexis Lecomte.

 

Pourquoi avoir rejoint l’enseigne Atol ?

J’ai toujours été attiré par le secteur de l’optique. Naturellement j’ai donc entrepris des études en alternance dans ce domaine. Mon BTS optique-lunetterie en poche, j’ai travaillé pendant cinq ans dans un magasin situé à Evreux en Normandie. En parallèle, je mûrissais mon projet d’ouvrir mon propre point de vente. Mais très rapidement, j’ai été confronté à des difficultés de financement. Hasard ou destinée, au même moment, Atol créait Archipel. J’ai donc profité de cette opportunité pour me lancer et décrocher auprès de cette coopérative les fonds nécessaires à la réalisation de mon projet et devenir l’un des associés du réseau Atol.

Comment fonctionne Archipel ? Qui peut en bénéficier ?

Archipel est une structure financière coopérative qui permet aux associés d’Atol d’investir et de fournir à de jeunes entrepreneurs jusqu’à 80 % de l’apport nécessaire à l’acquisition de leur point de vente. Ce modèle de financement original, qui renforce et entretient l’esprit coopératif de l’enseigne, s’adresse aux opticiens diplômés possédant une expérience d’au moins 5 ans. Pour être candidat, il faut par ailleurs disposer d’un apport minimum qui fonctionne comme un levier pour emprunter de 20 à 80 % de l’investissement. Et bien sûr, réussir par la suite les différents entretiens de sélection.

Dans quelle mesure Archipel vous a-t-elle aidé ?

Je ne disposais pas d’un apport suffisant pour me financer seul au niveau des banques. Entre mes économies et l’emprunt bancaire contracté, j’ai investi 40 % du coût global. Les 60 % restants ont été entièrement financés par Archipel. Mais outre l’aide au financement, Archipel accompagne le créateur dans la mise en place et le suivi de son projet avec par exemple l’organisation de rendez-vous réguliers pour faire le point sur les objectifs du magasin et les marges de progrès possibles à réaliser.

Quels sont vos projets futurs ?

Dix-huit mois après mon lancement, le bilan est très positif : le chiffre d’affaires a grimpé de 32 % versus N-1! Un résultat satisfaisant qui m’encourage à envisager l’ouverture d’un nouveau point de vente. Ce projet devrait se concrétiser d’ici la fin de l’année. J’espère que ce deuxième magasin rencontrera le même succès que le premier afin de me permettre de racheter des parts et de devenir propriétaire majoritaire. Et pourquoi pas, à moyen terme, investir dans le réseau Archipel pour aider à mon tour de jeunes opticiens à se lancer ? Rien n’est exclu !

 

Lire également sur le même sujet

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner