Microcrédit #3 : Mélanie Reverberi, l’entrepreneuriat dans la peau

Microcrédit #3 : Mélanie Reverberi, l’entrepreneuriat dans la peau

Esthéticienne de formation, Mélanie Reverberi, 27 ans, a fait ses gammes en institut avant de se lancer à son compte et à domicile. Habitée par la fibre entrepreneuriale, elle a trouvé la formule pour mettre sur pied son projet : motivation et accompagnement.

« L’esthétique, c’est ma passion ! » confie Mélanie Reverberi qui a fait ses études à Lyon avant de poser ses valises en Savoie, son CAP en poche. Après une expérience en institut, la jeune femme renoue avec les études et passe un brevet professionnel en alternance. « Je voulais explorer des domaines que je n’avais pas étudiés en CAP, comme les soins du corps ou la comptabilité. » Car Mélanie a toujours eu envie de monter son entreprise, de travailler pour elle. Embauchée dans le salon de beauté où elle a fait son alternance, puis dans un autre institut, elle se forge une expérience, mais ne perd pas de vue son objectif d’indépendance. « Je suis tombée enceinte en 2009, c’est au cours de mon congé maternité que j’ai pris la décision de me lancer comme esthéticienne à domicile, explique Mélanie. Exercer à domicile impliquait moins de charges et ce n’était pas courant à ce moment-là. J’ai pris le temps de bien définir mon projet : les prestations, les produits, les tarifs… J’ai soumis un questionnaire à des clientes et des femmes dans la rue. » Son idée en tête, elle se tourne vers Pôle emploi, qui l’oriente vers Adises Active, fonds territorial membre du réseau France Active, et le Parcours Confiance de la Caisse d’Épargne. « Grâce au Parcours Confiance, j’ai rencontré des experts qui m’ont aidée à réaliser un prévisionnel, lister le matériel nécessaire, définir des tarifs, etc., poursuit-elle. Ma conseillère m’a ensuite aiguillée vers la solution la plus adaptée. » Grâce au micro-crédit Parcours Confiance de 4 000 euros, au prêt Nacre de 1500 euros, garanti par le Fonds de garantie pour la création, la reprise et le développement d’entreprises à l’initiative des femmes (FGIG), et à une subvention de 1 000 € allouée par le Conseil général de Savoie plus tard, Ar’Home & Sens voit le jour en mars 2011. « J’ai distribué des flyers partout et proposé des bons de réduction aux clientes qui me ramenaient leurs amies, s’amuse Mélanie. Résultat : j’ai pu me verser un petit salaire dès le premier mois ! J’étais certes très motivée, mais Parcours Confiance m’a donné les ailes qu’il me fallait pour m’envoler, se faire accompagner est fondamental. »

Pour en savoir plus rendez-vous sur le site Parcours Confiance de la Caisse d’Epargne.

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner