Maëlle Monvoisin, linguiste et entrepreneure

De gauche à droite, Maëlle Monvoisin, Anna Cattan, Gracia Requena.
Propos recueillis par Didier Le Gorrec.

C’est après cinq années passées au théâtre parisien Le Grand Parquet, « un projet porté à bout de bras, par une équipe passionnée » que Maëlle Monvoisin s’est lancée dans l’aventure de l’entreprenariat. Une décision prise « très naïvement, en buvant un jus d’oranges avec une amie. » Pas vraiment le temps d’avoir des craintes : elle prend des cours de « création et de gestion de microstructure » dispensés par la mairie de Paris, se fait conseiller par la boutique de gestion BGE ADIL…Un an d’étude de marché et de business plan plus tard, Maëlle Monvoisin se met à chercher des fonds. « Une période douloureuse », confie-t-elle. La créatrice obtient une garantie d’emprunt bancaire et un prêt d’honneur de Paris Initiative Entreprise, le représentant de France Active et d’Initiative France à Paris, et fait appel à la Caisse d’Epargne qui décide de l’accompagner. «Je n’avais pas pensé à eux. Mais quand nous avons trouvé les locaux, il y avait une agence juste en bas… Et c’était la Caisse d’Epargne ! » Un heureux hasard qui lui permet aujourd’hui de rémunérer trois formateurs  à temps plein, sans compter les vacataires. « Une grande responsabilité qui m’incite à la prudence », confie-t-elle. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre son bout de chemin. Après les cours de Français Compétence Professionnelle, elle lance actuellement des cours de langues étrangères pour les professionnels et les particuliers, ce qui devrait mener à de nouvelles embauches. Au passage, la fondatrice de Langues Plurielles estime que d’être une femme n’a pas été pénalisant dans sa recherche de financement — « bien moins que pour une candidate trentenaire à un poste salarié… que l’on soupçonne toujours d’attendre un enfant ! ». Maëlle considère plutôt que c’est l’absence de ressources propres  qui est discriminatoire… Un débat au cœur du premier Baromètre des Femmes Entrepreneures proposé par la Caisse d’Epargne.

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner