Développement de son activité : savoir choisir le bon moment

Après avoir ouvert une boutique de chaussures en 2006, Frédérique et Serge Imbéry ont inauguré cet automne un deuxième point de vente en plein cœur de Mulhouse. Retour sur leur parcours.

Comment a germé l’idée de développer votre entreprise ?

Le chiffre d’affaires de notre boutique étant régulièrement en hausse, nous avons souhaité diversifier notre activité en proposant des articles haut de gamme à nos clients. Dans le même temps, nous voulions mettre en place une solution qui nous permettrait par la suite d’assurer notre retraite. L’idée d’acheter des murs s’est alors imposée. Nous avons opté pour un immeuble situé en centre-ville, cédé à un coût raisonnable et qu’il fallait intégralement rénover. Le rez-de-chaussée serait dédié au local commercial et au stock et les étages loués.

Votre chargé de clientèle vous a-t-il facilement soutenus ?

Oui, car nous disposions de deux atouts de poids : un apport non négligeable et un dossier précis mentionnant notamment le coût des travaux ou le montant des futurs loyers. Nous avons donc obtenu rapidement un crédit à taux fixe accompagné de la levée d’hypothèque précédemment inscrite, et de la possibilité de le refinancer sans pénalité.

Quels conseils donneriez-vous à des entrepreneurs qui hésitent à développer leur affaire ?

D’abord, de diversifier leur activité. Pour notre part, nous disposons maintenant de deux boutiques. Je suis VRP et nous continuons à varier nos investissements en optant pour des placements immobiliers. Ensuite, de bien préparer son dossier de financement. Enfin, de se lancer : la crise peut freiner les affaires, mais elle peut également générer des opportunités.

« Quels développements d’entreprise la Caisse d’Epargne accompagne-t-elle ? »

Réponse de Jean-François Schubetzer, directeur de la clientèle Professionnels, groupe de Mulhouse :

« Le cœur de notre métier consiste à mettre en place des financements adaptés aux besoins de nos clients. Notre offre nous permet de proposer des crédits à court terme (pour les besoins de trésorerie par exemple), moyen terme (pour l’achat d’un véhicule ou de matériel professionnel) ou long terme (pour des aménagements mobiliers importants, ou l’achat des murs de la structure). Tous les projets peuvent donc être accompagnés, sous réserve de la qualité des dossiers présentés bien sûr. »

Vos réactions

Réagir

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner