Trois entrepreneures, trois parcours

portraits-entrepreneures-parcours

A l’occasion de cette semaine spéciale de la femme, Horizon Entrepreneurs met en lumière trois dirigeantes à qui le succès sourit. Rencontre. 

Révolution dans le monde de la chaussure !

Toutes les femmes en rêvaient, Tanya Heath l’a fait ! Cette canadienne de 41 ans a en effet créé un escarpin au talon modulable. Une prouesse technique rendue possible grâce à un système de clips qui permet de choisir en fonction du moment de la journée et de ses envies, la hauteur de talon désirée (de 4,5 cm à 8,5 cm) mais également la forme (talon fin, talon plein).

L’idée a germé dans la tête de Tanya Heath le jour où, la voyant de changer de chaussures en arrivant au travail, ses collègues la taquinent sur le sujet. Ni une, ni deux, cette ancienne ministre des Affaires Etrangères au Canada quitte la diplomatie pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Elle ne connaît rien à la chaussure, ne parle même pas français. Mais rien ne peut entacher sa motivation : Tanya s’installe à Rennes, reprend des études en école de commerce, suit une formation en entreprenariat à Novancia*, puis intègre un incubateur.

En décembre 2010, elle lance son entreprise Concept Footwear Solutions, et met au point son système breveté et sécurisé sept mois plus tard. Aujourd’hui, les escarpins modulables Tanya Heath® sont disponibles à la vente au Printemps de Lyon. Pour les parisiennes, l’ouverture de la 1re boutique de la marque est prévue d’ici la fin de l’année. Une nouvelle qui devrait réjouir toutes les « shoes addict », pas masochistes pour autant !

Ce soir, je serai la plus belle…

Mariage, baptême, évènement mondain… Quelle femme ne s’est jamais plainte, en fouillant dans son armoire, de n’avoir « rien à se mettre » ? Partant de ce constat, Isaure Goesbriand, accroc du shopping de 24 ans, a lancé en décembre 2010 son site Internet « 1 robe pour 1 soir ». Ce portail, qui s’adresse aux jeunes femmes de 20 à 30 ans, présente des robes à la location, pour toutes les occasions et pour toutes les silhouettes, du 36 au 44.

Un concept original qu’Isaure Goesbriand a eu l’idée de développer à force de se faire emprunter ses robes par ses amies se rendant en soirée. Son BTS en poche, elle se donne une année pour concrétiser son projet. Elaboration du business plan, prospection, actions de communication via les réseaux sociaux, organisation de défilés… La fashionista se transforme en une véritable business woman. Et pour se doter de toutes les chances pour réussir, elle décide de perfectionner ses compétences de jeune créatrice en suivant le cursus en entreprenariat proposé par Novancia*.

Forte de ces acquis, Isaure Goesbriand ouvre son showroom dans le 15e arrondissement de Paris, où elle propose à ses clientes d’essayer plus de 120 robes de toutes marques, disponibles à la location entre 10 et 100 euros selon les modèles. Une recette qui connaît déjà un franc succès et qui fait naître chez l’entrepreneuse de nouveaux projets : elle réfléchit actuellement à développer de nouvelles opportunités, dans le secteur du bien-être cette fois.

*Ecole de la chambre du commerce et d’industrie de Paris

Potion magique : un breuvage rentable

En 2004, Elizabeth Pion créé sa propre agence de communication avec pour crédo, le sur-mesure. Une démarche qui porte ses fruits : huit ans après son lancement, Potion Magique compte 6 salariés en CDI, 8 pôles de compétences et enregistre une chiffre d’affaires de plus de 700 000 euros annuels !

Electron libre, Elisabeth Pion tient à son indépendance et son libre arbitre. Les règles, elle préfère les établir plutôt que de les appliquer. C’est donc naturellement qu’elle choisit la voie de l’entreprenariat, comme son père avant elle. Mais l’aventure ne s’est pas faite sans déboires. La dirigeante a en effet du surmonter de nombreux obstacles en amont et au démarrage de son activité, notamment sur la question du financement ou encore de la difficulté d’allier vie de famille et vie professionnelle.

Etre une femme entrepreneure, par rapport à un homme, modifie selon elle le rapport aux autres. Plus dans l’affect, dans la rondeur, elle privilégie le non conflictuel pour la plus grande satisfaction de son équipe. Mais être une femme n’a pas que des avantages : pour être reconnue à compétences égales, elle doit continuellement démontrer ses capacités à exercer en tant que dirigeante.

Ses perspectives de croissance pour 2012 témoignent de sa motivation à faire taire les mauvaises langues : tout fraichement installée dans de nouveaux locaux à Rennes, Potion Magique s’apprête à dépasser le million d’euros de chiffre d’affaires cette année !

Vos réactions

Réagir

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner