« Présider la commission d’une CCI ? Un atout pour mes clients »

Maurice-Bourrigaud


Maurice Bourrigaud, président de la Caisse d’Épargne Auvergne et Limousin, préside également la commission finances de la CCI du Puy-de-Dôme.

Il voit à cette double casquette un avantage pour ses clients comme pour ses collaborateurs…

Maurice Bourrigaud, en quoi consiste votre fonction de président de la Caisse d’Épargne Auvergne et Limousin ?

Je suis à ce poste depuis janvier 2008. Mais ça fait près de 33 ans que je travaille pour la Caisse d’Epargne et le groupe BPCE. J’aime les relations humaines que je développe en permanence dans mon métier. En tant que président de la Caisse d’Épargne Auvergne et Limousin, je dirige 1 400 collaborateurs, répartis sur sept départements et 180 agences. C’est un territoire rural avec peu de centres urbains, très émietté, exigeant en termes de management et d’organisation. J’ai beaucoup de goût pour la banque et l’assurance, mais aussi pour le management, l’innovation… Ce que j’essaie de mettre au service de nos clients et de leurs intérêts.

Comment en êtes-vous arrivé à présider la commission finances de la CCI du Puy-de-Dôme ?

Trois raisons y ont concouru. D’abord le souci de concourir bénévolement à faire avancer la société. Ensuite, dans le cadre de mon poste à la Caisse d’Epargne, je côtoie les acteurs économiques du territoire. Pour répondre à leurs besoins, je dois m’interroger sur le meilleur mode de professionnalisation de mes collaborateurs et contribuer à développer l’attractivité du territoire. Enfin, la Caisse d’Épargne Auvergne et Limousin adhère au MEDEF. C’est via cette organisation que l’on m’a proposé de me présenter à ce poste.

En quoi consiste cette présidence ?

La commission des finances est un organe politique et de supervision. En vue de la réforme des CCI, dans les trois ans, nous devons réduire le budget de 15 % dans le respect des métiers de nos collaborateurs, sans licenciements. Il s’agit de trouver les moyens d’optimiser les ressources humaines présentes sur le territoire, de développer les services, l’e-commerce, la recherche, l’intelligence économique, etc. Je m’efforce de faire en sorte que les membres de la commission aient une bonne connaissance de ces enjeux humains, économiques et, bien sûr, financiers.

Quelles satisfactions personnelles et professionnelles en retirez-vous ? Pourquoi est-ce important pour la Caisse d’Épargne ?

J’aime le souci de la présidence de la CCI de vouloir attaquer les problèmes de front et en toute transparence. En tant que président de la Caisse d’Épargne Auvergne et Limousin, ma mission est d’accompagner des projets de particuliers ou professionnels, de proposer des offres adaptées au territoire. La Caisse d’Épargne est d’ailleurs très implantée dans l’économie locale ; ses intérêts rejoignent donc ceux de la CCI. Cette double casquette me donne une meilleure vision des problèmes en amont et je peux – c’est fondamental – parler le même langage que mes clients.

Vos réactions

Réagir

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner