Les cautions et garanties – Vendredi du banquier #3

Joséfina Gonzalez, chargée d’affaires marché des professionnels, vous répond.

1/ A quelles garanties puis-je avoir recours ?
La banque demandera des garanties plus ou moins importantes en fonction de la nature du projet, une création étant plus risquée qu’une reprise ou que le développement de l’entreprise.
Parmi les garanties, on pourra citer l’assurance décès-invalidité, qui protège la banque prêteuse, mais surtout, la famille de l’entrepreneur, le nantissement pour un fonds de commerce, ou encore la garantie d’organismes comme Oséo, la Saccef, filiale de la Caisse d’Epargne ou encore France Active et France Initiative.

2/ Si la banque me demande de me porter caution, mes biens personnels seront-ils engagés ?
Les garanties des sociétés de caution dépassent rarement 50 à 70 % ce qui explique le recours à la caution personnelle du dirigeant. Cependant, grâce à la loi Dutreil, sa résidence principale devient insaisissable sur simple déclaration devant notaire. La caution est donc aussi un engagement moral de l’entrepreneur vis-à-vis de son partenaire financier.

3/ Quelle est la différence entre la garantie Oséo et celle de la Caisse d’Epargne ? Combien coûtent-elles ?
Les deux organismes présentent des garanties similaires, c’est au moment de l’étude du financement par le Conseiller qu’il détermine quel organisme est le plus à même d’accompagner votre projet.
Les frais de ces garanties, payables en une seule fois au déblocage du prêt, varient selon les caractéristiques du projet, de son montant, de la quotité garantie. Ils pourront être intégrés au montant du prêt.


Revoir le Vendredi du banquier sur l’apport personnel et l’entretien avec la banque

Revoir le Vendredi du banquier sur les aides et subventions des entreprises

Vos réactions

Réagir

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner