Entreprendre au féminin : ce qu’il faut savoir pour réussir

Parrainée par la Fédération des Caisses d’Epargne, elle se proposait de répondre aux questions suivantes : « De plus en plus de femmes créent leur entreprise. Pourquoi se lancer un tel défi ? A qui s’adresser ? Comment obtenir un crédit ? A travers des témoignages concrets de créatrices ayant lancé leur activité, de banquiers et de professionnels les ayant accompagnées, cette conférence vise à encourager les femmes créatrices d’entreprise en les conseillant sur les possibilités d’accompagnement et de bancarisation qui existent aujourd’hui »,

Étaient présentes à cette conférence :

– Françoise Pagnard Jourdan, responsable de l’accompagnement de Paris Pionnière

– Arnold Borné, du Pôle Création d’Entreprise chez France Active

– Caroline Guardiola, créatrice du Mazet du Peyroux

– Isabelle Mazarguil, créatrice de Junior & Co

– Marc Olagnon, adjoint à la Déléguée Générale de France Initiative

 

Savoir s’entourer

Les intervenants de cette conférence s’accordent pour dire que « la phase d’incubation est importante pour s’intégrer à un réseau ». En effet,  c’est lorsque l’on prépare son projet que l’on commence à se constituer son réseau. Lors des réunions dans les chambres de commerce ou autres structures spécialisées, il ne faut pas hésiter à lier connaissance avec d’autres entrepreneurs ou professionnels de l’entrepreneuriat. Ce sera la base du réseau qui se révèlera indispensable lorsque l’on cherchera un fournisseur ou que l’on aura besoin d’un conseil.

Caroline Guardiola, créatrice du Mazet du Peyroux et Isabelle Mazarguil, créatrice de Junior & Co nous racontent leur expérience et les difficultés de monter son entreprise et de la concilier avec sa vie de maman. Il est alors très important d’être entouré pour tenir le coup.

Et les financements ?

Concernant les financements, nous retiendrons qu’« il est plus facile d’obtenir des financements une fois que l’on en a déjà reçu un ». « Il est important d’avoir plusieurs cordes à son arc » nous disent les créatrices, ce qui veut dire qu’il est important de ne pas se contenter de demander des aides à un seul et même organisme. Mieux vaut en effet s’adresser à plusieurs structures, ce qui facilite les choses lorsque l’on cherche d’autres financements.

Les créatrices et les autres intervenants s’accordent pour dire qu’il ne faut pas sous-estimer le besoin de financement, car les organismes qui ont prêté au départ ne prêteront pas forcément après si l’on a mal estimé son projet.

Quelques liens

Il a été exposé ensuite les avantages de France Active pour accéder au crédit facilement. Toute femme créatrice d’entreprise peut bénéficier du FGIF (Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes).

Ne pas hésiter non plus à contacter Info Femmes.

Quelques questions

« Quels sont les projets jugés innovants aujourd’hui ? » « Projets en liens avec le développement durable, l’éthique, internet ».

« Existe-il d’autres types d’aides pour les étudiants à taux plus faible ? » « Non, en revanche les étudiants ont droit aux mêmes aides que tout créateur d’entreprise

« A partir de quand peut-on être aidé ? » « Il faut au moins une étude de marché pour s’adresser aux grands réseaux d’aide ».

Conclusion

Vu le nombre de personnes dans le public venues parler aux créatrices à la fin de cette conférence, on ne doute pas que celles-ci aient motivé les femmes souhaitant entreprendre.

Nous vous laissons visionner l’interview des deux entrepreneuses présentes afin d’en savoir plus sur leur parcours.

Interview d’Isabelle Mazarguil :

Interview de Caroline Guardiola :

Vos réactions

Réagir

Abonnez-vous à la newsletter pour retrouver dans votre boite mail les prochains articles
S’abonner